L’eau peut à nouveau être consommée

La nouvelle est arrivée ! Après plusieurs semaines de bons résultats, la préfecture abroge l’arrêté préfectoral du 22 juillet 2021 et du 12 août 2021 réglementant la consommation de l’eau délivrée. 

À Roquefort-les-Pins, l’eau peut à nouveau être consommée

La municipalité reste vigilante et suivra les investigations menées par les services de la CASA et VEOLIA.
 

Communiqué du 18 septembre 2021

 

L’eau peut à nouveau être consommée sans aucune contrainte pour tous les usages sanitaires et domestiques sur les communes d’Antibes, Biot, La Colle-sur-Loup et Roquefort-les-pins.

Les résultats des dernières analyses menées par l’Agence Régionale de Santé confirment l’efficacité des solutions mises en œuvre et permettent un retour à une situation conforme de la qualité de l’eau potable sur les trois communes.

Les autorités sanitaires et la Préfecture des Alpes Maritimes ont donc décidé d’abroger l’arrêté préfectoral du 22 juillet 2021 et du 12 août 2021 réglementant la consommation de l’eau délivrée sur ces communes, levant ainsi les recommandations en vigueur.

Les équipes de VEOLIA restent mobilisées pour assurer une surveillance accrue de la qualité de votre eau, identifier les derniers éléments en plomb situés en partie publique et procéder à leur remplacement afin d’éviter toute récidive.

Au-delà du réseau public et de votre compteur d’eau, il est également important de vérifier vos installations intérieures, qui peuvent être composées de métaux ou alliages et conduire à la présence de plomb ou de nickel à votre robinet. Il vous appartient, en lien avec votre syndic si nécessaire, de vérifier vos installations et si cette présence est avérée, de faire appel à un plombier qui se chargera de les supprimer.

Rappel des faits

Il y a quelques semaines, les analyses qui sont menées régulièrement sur l’eau potable, ont montré des dépassements des valeurs réglementaires en nickel et en plomb en différents points du réseau de distribution de ces communes.

Les investigations immédiatement diligentées ont démontré que ces dépassements n’apparaissaient qu’au “premier jet”, c’est-à-dire uniquement à l’ouverture du robinet, mais disparaissaient après un écoulement de quelques minutes.

Par mesure de précaution, et dans l’attente que la situation revienne totalement à la normale, les autorités sanitaires et la préfecture des Alpes Maritimes ont pris un arrêté préconisant de laisser couler l’eau au moins 2 minutes à l’ouverture du robinet.

Dès l'apparition du phénomène, les services de la CASA, des communes et de Veolia, appuyés par l’ARS, ont conduit des recherches approfondies afin d’identifier les causes de

la présence de plomb et de nickel dans l’eau. Écartant toute contamination de la ressource, il est apparu que les caractéristiques physico-chimiques de l’eau avaient évolué, la rendant plus agressive.

Comme il subsiste encore dans les réseaux publics ou privés quelques éléments en plomb, isolés et difficilement repérables, l’agressivité de l’eau a engendré une dissolution des métaux (plomb et nickel) et a pu, par endroit, conduire à ce qu’elle se charge en métaux, notamment lorsqu’elle stagne dans le branchement.

Avec l’aval des autorités sanitaires, la CASA et Veolia ont rapidement mis en place un procédé de traitement de l’eau au niveau des ressources principales de ces communes pour rééquilibrer l’eau afin qu’elle ne soit plus agressive pour les canalisations.